IDL-BNC @ IDRC >
IDRC / CRDI >
IDRC Research Results / Résultats de recherches du CRDI >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10625/50542

Title: Adoption et impacts de l’irrigation de complément en zone sahélienne : modélisation bioéconomique d’une exploitation à Kongoussi
Authors: Savi, Kpêdétin Ingrid Nadège
Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (Fondation 2iE)
Keywords: IRRIGATION DE COMPLEMENT
MODELISATION BIOECONOMIQUE
POCHE DE SECHERESSE
CHANGEMENT CLIMATIQUE
BURKINA FASO
SAHEL
ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES
DEVELOPPEMENT AGRICOLE
Issue Date: 2012
Publisher: Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (Fondation 2iE)
Abstract: La production céréalière dans la zone sahélienne du Burkina Faso est tributaire de conditions climatiques très variables. L’irrigation de complément est l’une des solutions pour améliorer les rendements et réduire leur grande fluctuation. Le présent travail vise à cerner les conditions sous lesquelles cette technique serait rentable pour le paysan et quels seraient les impacts de son adoption sur son revenu. Le modèle bioéconomique élaboré pour ce travail est le couplage d’un modèle de croissance de plantes (CROPWAT) et d’un modèle d’optimisation basé sur la programmation mathématique (GAMS). Les simulations effectuées sous diverses conditions climatiques ont permis de décrire le comportement d’un exploitant sahélien face à la possibilité de faire ou de ne pas faire de l’irrigation de complément. Le modèle a été validé à partir des enquêtes effectuées dans les provinces du Bam et du Yatenga situées dans la bande sahélienne du Burkina Faso. L’analyse des résultats du modèle montre que l’irrigation de complément est adoptée par le paysan sahélien dans le cas où le micro bassin utilisé pour cette technique est non seulement moins cher mais surtout durable. Le rendement céréalier augmente de 39 % lorsque le paysan adopte une bonne stratégie d’irrigation, ce qui a pour conséquence l’amélioration de son revenu monétaire. Par contre, un excès d’irrigation en année humide peut entraîner une perte de 10% de maïs et de 3% de sorgho. Ainsi, la mise en place d’un micro bassin moins coûteux associée à un apport d’eau bien ciblé améliorerait la productivité dans une exploitation sahélienne.
Description: Résumé en anglais inclus
URI: http://hdl.handle.net/10625/50542
Project Number: 106549
Project Title: Irrigation et information climatique au Burkina Faso (CARA)
Document Delivery: To enquire about document delivery, contact the IDRC Library : reference@idrc.ca or 613-696-2578 / Pour plus de renseignements sur la livraison de documents, communiquer avec la bibliothèque du CRDI : reference@idrc.ca ou 613-696-2578.
Appears in Collections:IDRC Research Results / Résultats de recherches du CRDI
Research Results (CCW) / Résultats de recherches (CCE)
Sub-Saharan Africa / Afrique subsaharienne
2010-2019 / Années 2010-2019
Water and Agriculture / Eau et agriculture

Files in This Item:

File Description SizeFormat
IDL-50542.pdf
2.29 MBAdobe PDF
IDRC staff can log in using their network password; non-IDRC staff can request this document.

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

Valid XHTML 1.0! DSpace Software Copyright © 2002-2010  Duraspace - Feedback