IDL-BNC @ IDRC >
Middle East Good Governance Fund (MEGGF) / Fonds pour la bonne gouvernance au Moyen-Orient (FBGMO) >
Cross-cutting Themes / Thèmes transversaux >

Role of Youth in the Arab World / Rôle des jeunes dans le monde arabe : [0]

Collection home page

 
 
or browse 
Subscribe to this collection to receive daily e-mail notification of new additions

Arab youth aged 15-29 years constitute the largest age group in the population, but tend to be poorly organized and lacking in programs and networking opportunities. The youth groups that do exist are affiliated for the most part with political parties or government, and do not provide young people with opportunities to express their views on policies and programs affecting their current and future lives. Nevertheless, in February 2005, soon after the assassination of Lebanese Prime Minister Rafic Hariri, a popular and non-sectarian youth movement that came to be dubbed the Spring 2005 movement managed to topple the government and force the withdrawal of Syrian troops from the country, where they had been stationed for the past 25 years. This spontaneous movement, which began as a sit-in by youth groups in downtown Beirut only four days after the assassination, raised expectations for much-needed political, social and economic change. Two years later, however, these changes remain largely unrealized. Spring 2005, otherwise known as the Intifada of Independence, provides an example of an emerging youth movement that tried to mobilize public opinion in support of reform, succeeded in the short term and failed just short of meeting expectations for real change. This research initiative will trace the history of the movement, its vision and strategy, and how it evolved and affected the political process itself. Researchers will examine the movement in relation to the current political context, as well as its potential to move away from sectarian identities and organizational structures. The project is expected to yield a better understanding of the potential role of youth movements to contribute to the process of democratic change and, through a regional meeting, facilitate the creation of a youth network in the Arab world.


Les jeunes Arabes (de 15 à 29 ans) représentent le plus vaste groupe d'âge de la population, mais ils sont mal organisés et manquent de structures pour soutenir des programmes et se regrouper en réseaux. Les regroupements de jeunes existants sont presque tous liés à des partis politiques ou au gouvernement et n'offrent pas de tribunes où les jeunes pourraient exprimer leur point de vue sur les politiques et les programmes qui retentissent sur leur vie actuelle et leur avenir. Néanmoins, en février 2005, peu de temps après l'assassinat du premier ministre libanais, Rafic Hariri, un mouvement populaire non confessionnel composé de jeunes, qu'on en est venu à baptiser le Printemps de Beyrouth, a réussi à renverser le gouvernement et à forcer le retrait des troupes syriennes stationnées au pays depuis 25 ans. Ce mouvement spontané, qui a débuté avec une occupation du centre-ville de Beyrouth par des groupes de jeunes seulement quatre jours après l'assassinat, a soulevé l'espoir de voir se concrétiser des changements fort attendus sur les plans politique, social et économique. Changements qui, deux années plus tard, ne se sont pour la plupart toujours pas matérialisés. Le Printemps de Beyrouth (ou encore l'Intifada de l'indépendance) est un bon exemple de mouvement de jeunes en émergence qui tente de changer l'opinion publique en faveur d'une réforme, y parvient dans un premier temps, mais échoue à susciter des changements véritables. La présente recherche dressera l'historique du mouvement, puis expliquera la vision qui l'animait et ses stratégies, ainsi que son évolution et son incidence sur le processus politique comme tel. Les chercheurs examineront le lien entre ce mouvement et le contexte politique actuel de même que sa capacité à se distinguer des organisations confessionnelles et des structures organisationnelles. Ils entendent ainsi mieux cerner le rôle possible des mouvements de jeunes dans la progression du processus de changement démocratique et, grâce à une rencontre régionale, favoriser la création d'un réseau de jeunes dans le monde arabe.


 

Valid XHTML 1.0! DSpace Software Copyright © 2002-2010  Duraspace - Feedback